Panneau m12

Qu’est-ce qu’un panneau M12 ? 

Pas toujours bien connu, ces panneaux se sont multipliés dans nos métropoles depuis quelques années. 

Découvrez ce que dit la réglementation et les questions autour de cette signalisation. 

Le panneau m12 : un Cédez-le-passage cycliste

C’est un panneau triangulaire, pointe orientée ver les bas, avec un rebord rouge et un pictogramme de vélo jaune au centre. 

Il permet, pour les cyclistes, de passer quand le feu est rouge, si les conditions le permettent et qu’ils aillent dans la direction indiquée par la ou les flèches jaunes. 

Avec un M12, un feu tricolore devient donc un cédez-le-passage. Bien évidemment, cela est autorisé si la situation est sans danger. Il est alors de la responsabilité du cycliste de contrôler et d’apprécier le risque : voitures engagées qui ont le feu vert, piétons. 

En cas d’absence de ce panneau, la règle classique s’applique (et 135 € d’amende en cas de non-respect du feu).

Où est installé le panonceau M12 ?

Il est positionné en dessous d’un feu tricolore. Malheureusement, ils sont souvent recouverts d’autocollants, notamment dans les centres urbains, car ils sont accessibles à hauteur d’une personne. 

Panneau m12 : quelle est la réglementation ?  Que dit le code de la route ? 

Voici la définition, dans sa version initiale en 1967 : 

“Panonceaux d’autorisation conditionnelle de franchissement pour cycles (M12)

Les panonceaux M12 sont toujours associés à un signal lumineux de circulation tricolore. Ils constituent une signalisation distincte, au sens de l’article R. 415-15 du code de la route, destinée exclusivement aux cyclistes.

Lorsque le signal lumineux impose l’arrêt, un panonceau de type M12 autorise les cyclistes à franchir la ligne d’arrêt du feu pour emprunter la direction indiquée par la flèche en respectant la priorité accordée aux autres usagers.”

Les 2 objectifs de l’installation de ces panneaux

Faciliter la circulation des vélos

Afin de développer l’usage du vélo, particulièrement dans les villes très embouteillées comme Paris, Lyon ou Grenoble, l’installation des panneaux M12 a pour but faciliter la vie des cyclistes : cela permet de gagner du temps tout en limitant les efforts liés à un redémarrage. 

Du fait de la vitesse modérée d’un cycliste à l’arrivée d’un carrefour, cela laisse le temps d’apprécier la situation sans imposer d’arrêt obligatoire. Alors qu’un feu tricolore oblige à attendre et plus d’énergie pour repartir, ce qui n’aide pas quand on veut arriver au travail sans suer. 

Décaler les cyclistes aux feux rouges

En permettant d’avancer au feu rouge, le cédez-le-passage cycliste évite que l’usager à vélo ne redémarre en même temps qu’une voiture ou un camion qui pourrait ensuite tourner.

Cette situation est accidentogène, car la bicyclette se retrouve potentiellement dans l’angle mort du véhicule, sans protection. En évitant l’arrêt, le M12 permet d’éviter ce cas de figure. 

Qui décide de l’installation d’un panneau M12 ?

Ce sont directement les collectivités territoriales qui décident localement. C’est pour cette raison que l’on retrouve beaucoup plus de M12 dans les villes qui ont une politique favorable aux mobilités douces. Elles ont la responsabilité d’estimer les carrefours sur lesquels l’utilisation de M12 est possible.

Les services de voirie de votre mairie, parfois aidé par des associations, vont étudier au cas par cas l’installation de cette signalisation selon :

  • la covisibilité entre les usagers,
  • l’importance du trafic (et les écarts de vitesse moyenne),
  • la configuration et les trajectoires respectives.
Exemple du déploiement des panneaux M12 sur Montpellier (vidéo France 3)

Les 7 types de panonceau m12

  • M12g : flèche de gauche
  • M12d : flèche de droite
  • M12f : flèche en face
  • M12fd : flèches en face et à droite
  • M12gf : flèches en face et à gauche
  • M12gd : flèches de gauche et de droite
  • M12gfd : toutes les flèches (gauche, droite, face).

Cycliste : quels les droits et les devoirs avec un m12 ?

Les vélos doivent respecter une règle simple : il s’agit du même cas de figure qu’un cédez-le-passage. 

Donc s’il y a un motorisé qui arrive (et qui lui avait le feu tricolore au vert), il passe. Autre élément incontournable : respect absolu des piétons. Même en présence d’un M12, un usager vélo doit laisser passer les personnes à pied. 

Pour résumer : Le cycliste doit céder le passage aux piétons qui traversent la chaussée malgré le fait qu’il ait l’autorisation de passer au rouge. Il doit également céder le passage aux voitures de la voie rencontrée qui ont le feu vert.

Retrouvez tous mes articles autour du vélo en milieu urbain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page